Accueil > Le Club > La vie du club

L’interview de la semaine : Jérôme Joulia

vendredi 25 mai 2018

Bonjour Jérôme, pouvez-vous vous présenter ?
Je m’appelle Jérôme Joulia, j’ai 56 ans depuis peu et cela fait 11 ans que je suis le gérant de la Carrosserie Larroze. Avant je travaillais à l’Autodistribution et j’étais Responsable Régional des Enseignes. J’ai fait un court passage chez un concurrent qui s’appelle Top Carrosserie en tant que Directeur de Réseau. Puis j’ai eu envie de voler de mes propres ailes, j’ai cherché une entreprise à acheter et j’ai acheté la Carrosserie Larroze !

Pouvez-vous nous parler de la carrosserie ?
C’est une entreprise qui a 40 ans d’existence. Elle est depuis longtemps à la pointe de ce qu’il faut faire pour la carrosserie. Quand on dit cela, ce n’est pas forcément le métier de réparer les voitures mais aussi la gestion de la mobilité pour la personne qui fait réparé son véhicule !
Aujourd’hui, ce n’est plus ça, la carrosserie !
En termes d’activité, nous sommes vraiment très axés sur la carrosserie mais pour compléter cela, il est incontournable que l’on fasse du pare-brise avec l’enseigne A+glass : réparation, changement de pare-brise et tout ce qui est vitrage automobile. C’est primordial. Très récemment, nous avons greffé la location de voitures courte durée avec l’enseigne Cargo car souvent, au-delà d’avoir un problème d’accident de voiture où nous prêtons un véhicule pendant les réparations, le sinistre engendre un délai plus long nous pouvons ainsi louer des voitures.

Vous venez de changer de local, pouvez-vous nous en dire plus ?
L’entreprise existe depuis longtemps comme je viens de vous le dire et le bâtiment avait pris un peu d’âge. Aussi, le nouveau bâtiment, plus récent, nous offre plus de lumière et de confort. Il est plus accueillant, facile d’accès et visible. Lorsque l’on a eu ce projet-là, je voulais un bâtiment qui ait une ergonomie professionnelle à toute épreuve et ne voulais pas qu’il soit identifiable comme une carrosserie traditionnelle pour permettre “d’adoucir les mœurs” dans un moment peu agréable à passer. C’est deux images importantes sur lesquelles nous avons souhaité, mon épouse et moi, forcer le trait.
Le bâtiment est ouvert depuis le 4 avril et malheureusement, on n’a pas eu le téléphone de suite... ça a été notre petite mésaventure (rires) !

Depuis combien de temps la carrosserie est-elle partenaire ?
J’ai toujours connu la Carrosserie partenaire du Stade et nous sommes CRDE depuis 6 ans. Auparavant, nous étions adhérents dans « les Amis du Stade ».

Pourquoi être partenaire ? Qu’est-ce que cela vous apporte ?
Le Stade Langonnais fait partie des couleurs locales. Je ne suis pas un grand sportif mais s’il y a un sport que j’ai envie de regarder, c’est bien le rugby. Pour moi, ce sport véhicule de vraies valeurs. Cela n’a pas été long de me convaincre (rires).
Je ne cherchais pas spécifiquement du business, ce que je voulais c’était véhiculer une image d’entreprise avec des valeurs humaines que je défends et qui pour moi sont associables à celles du rugby. Je défends la gestion humaine de l’entreprise et je trouve que cela colle parfaitement avec l’idée du CRDE, des Amis du Stade, etc. Le Stade Langonnais nous apporte un confort de notoriété.
J’essaie de participer aux événements CRDE, j’ai été à la soirée Peugeot (1er mars) mais après ces derniers temps je n’ai pas vraiment eu le temps.

Avez-vous suivi la saison ?
Je sais que cela n’a pas été simple et au moment où cela a été compliqué, une décision a été prise. J’espère une grosse réussite car lorsque l’on voit les efforts de chacun dans ce club, elle est méritée. À chaque fois que l’on rencontre quelqu’un au stade, on n’a pas l’impression de rencontrer des personnes fausses, qui ne font pas ce qu’il faut mais plutôt de voir des personnes qui se donnent, ça donne envie de les encourager.
Au-delà des hommes, je souhaite une grosse réussite à la nouvelle équipe.
Avec le projet du nouveau bâtiment, je n’ai pas eu trop le temps d’aller au stade les voir jouer.

Merci d’avoir répondu à nos questions Jérôme !